Les jardins ouvriers

jardin-ouvrier.jpgpere-volpette.jpg






« Dès qu’on parle jardin, il convient de dépasser la géométrie plane et d’intégrer une troisième dimension à notre méditation. Car l’homme-jardin par vocation creuse la terre et interroge le ciel. Pour bien posséder, il ne suffit pas de dessiner et ratisser. Il faut connaitre l’intime de l’humus et savoir la course des nuages. Mais il y a encore pour l’homme-jardin une quatrième dimension, je veux dire métaphysique «   Michel Tournier, Le vent Paraclet 1977.


Les premiers jardins ouvriers sont apparus sous Napoléon . Ils se développèrent en même temps que l’industrie.


Leur but était multiple :


-Permettre de nourrir les familles nombreuses des travailleurs, souvent peu argentés
-Permettre d’oxygéner les travailleurs souvent enfermés dans des usines poussiéreuses ou au fond de la mine
-Eloigner ces travailleurs des cafés où en dehors de l’alcool, circulaient des idées politiques et syndicales.

C’est le père Volpette (1856-1922)  qui est à l’origine de ces jardins dans la région stéphanoise.
Frappé par la misère des stéphanois, durement frappés par une crise économique et le chômage, il crée les premiers jardins ouvriers en achetant des terrains pour les donner aux ouvriers .Ils pouvaient alors faire de la culture pour se nourrir et avoir une activité saine dans l’attente de retrouver un emploi.

A  Roche,  à l’époque de la Compagnie des Mines , tous les mineurs avaient leur jardin, un lopin de terre de 200 m2, à proximité de la cité.
Il y avait la cabane, faite de matériaux de récupération :planches, vieilles tôles, carpettes, toile de mine…
Tout était  récupéré et réutilisé  !

Par loi la du 26 juillet 1952,  les jardins ouvriers furent rebaptisés " jardins familiaux ". 
De plus, ils doivent être gérés par des associations loi 1901 dans le cadre de l’article L561-1 du code rural.

Avec  une urbanisation massive, ces jardins  manquèrent de disparaitre vers les années 1970.
Des mesures furent prises pour enrayer leur déclin


Actuellement à Roche, les jardins ouvriers font partie de l' Association Groupement des Jardins Ouvriers de la Varenne.

Cette association regroupe  " 6 ilots" de jardins : Villeboeuf (23), Lafayette (39),Le Marais (16), Puits des Granges (55), Beaulieu (33), Chataignier (45).

Le total des adhérents est de 172, leur âge moyen est de 61 ans. La surface totale des ilots est de 41643 m2.

En 2013, la location d'un terrain est établi à 12 centimes d'euros /m2 ce qui correspond  pour un terrain en moyenne de 197 m2, la somme modique de 23,64 /an.

Compte tenue que l'âge moyen des jardiniers est âgé, il y a souvent des terrains disponibles . Il est cependant souhaitable de s'inscrire sur la liste d'attente !

Pour tout renseignement, s'adresser à l'Association des Jardins Ouvriers, 7 rue du Vercors 42230 ROCHE .( Jean Louis DOUSPIS <jean-louis.douspis@orange.fr>).

  Elle gère aussi les jardins de Firminy, St Genest Lerpt et du Chambon.



En Août 2011 la fédération des jardins familiaux de la Loire a fêté ses 90 ans d’existence à St Priest en Jarez  en présence de M. Gilles Artigues, Vice -Président du Conseil Général de la Loire.

Le Conseil Général peut  accorder un financement pour la création et l’aménagement de jardins familiaux.


Pour en savoir plus :

Groupement des jardins ouvriers de la Varenne :  www.roche-la-moliere.fr
-Conseil Général de la Loire : Jardins familiaux: : www.loire.fr
-Forez info : www.forez-info.com
-Fédération nationale des jardins familiaux : http://www.jardins-familiaux.asso.fr
-Institut National du Patrimoine : Du jardin ouvrier au jardin partagé : « un rôle social et environnemental. » : mediatheque-numerique.inp.fr/index.php/.../dossier_electro_4.pdf

 

Script : Serge Arnaud
-
-

14 votes. Moyenne 4.64 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site