Le duc de Bethune-Charost

monument-de-bourges.jpgcharost-bethune.jpg

de-bethune.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un berrichon au château de Roche la Molière   de 1765 à 1772...: Le duc de Bethune :

 

Béthune Charost est un des grands personnages du Berry, même si son action au XVIIIe siècle est très méconnue. On retient de lui un monument situé dans le jardin de l'Archevêché de Bourges, et représentant un obélisque.

Pourtant, le Berry lui doit beaucoup.

 

Son père étant Capitaine du Roi ,c'est à Versailles que va naitre le 1° juillet 1738, le petit Armand-Joseph. Il descend en droite ligne de l'illustre famille de Sully. Il choisit la carrière des armes et devient colonel de cavalerie sous le roi Louis XV. C'est en 1764 qu'il vient en Berry, à Charost, devenu son Duché-Pairie.

En 1765, le sieur Carrey, ingénieur du roi à Paris, avise le duc qu'il y a, à Roche la Molière, bourgade proche de Saint-Etienne, de riches gisements de charbon. Le duc sollicite du roi Louis XV un brevet pour l'achat de la terre de Roche la Molière. Il achète le château du même lieu ainsi que le manoir de la Roare. Il forme une Compagnie de 24 actions et prend pour diriger les travaux,un ingénieur nommé Torchet de Saint-Victor. il fait venir des mineurs expérimentés de la région de Valenciennes et commence l'exploitation dans son domaine.

Rapidement des difficultés apparaissent avec les propriétaires locaux, ce qui l'amène à demander au roi la concession exclusive de l'exploitation des mines de sa seigneurie pendant 30 ans, dans l'étendue de 1500 toises autour du château. Il décide de distribuer chaque année 400 livres à titre de don aux pauvres, mais aussi aux ouvriers, voituriers et mariniers employés par sa Compagnie. Il envisage même la création à Roche la Molière , d'une école de mineurs. Mais lassé par de nombreux conflits avec les propriétaires locaux, il renonce à sa concession et revend le château de Roche la Molière à Jacques Neyron en 1772.

Plus tard, il siège à l'Assemblée Provinciale du Berry, et c'est alors qu'il s'intéresse à l'agriculture. La culture étant très négligée en Berry, il va introduire la culture du lin, du colza, de la garance et même du tabac. Par la suite, après avoir montré les avantages des prairies artificielles, il se lance même dans l'élevage.

Il s'intéresse à l"élevage des porcs, comme à l'utilisation rationnelle des abeilles. Mais, c'est dans le mouton qu'il montre toute sa valeur. Il pratique des croisements de races très avantageux et fait venir des moutons espagnols.

Sur le plan industriel, Bethune Charost établit une filature à Meillant et rédige un mémoire sur les routes et voies navigables du Berry.

Il sera considéré comme "un bienfaiteur de l'humanité", fondant des écoles, des hôpitaux et des ateliers pour les anciens soldats. Il traverse la Révolution de 1789 avec difficulté, ce noble qui n'a jamais émigré, est emprisonné, son fils exécuté, et lui-même ne doit sa liberté qu'à la pression des communes de son ancien Duché.

A la fin de sa vie, il va créer une société d'agriculture. Il meurt de la variole en 1800 et fut enterré au château de Meillant.

Cette belle phrase datant de 1789 montre ce personnage de bien belle manière :

"Je regarde comme un devoir essentiel des seigneurs de secourir les pauvres de leurs terres...Nous vous disons aujourd'hui, nous sommes tous frères"

 

Sources : Internet et le livre : La Loire forézienne  de Guy Blanchard- Henri Nochez.

Script : Henri Nochez



8 votes. Moyenne 4.63 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×